JEUDI 17 MAI

Sortie en Pays d'Auge

Départ du pont de Normandie pour 120 km pour le 1er groupe emmené par Philippe et 80 km pour le 2ème groupe avec Serge. 

Photos : Philippe HAMEL

SAMEDI 26 MAI 2018

CANY 130 Km avec un dénivelé de 1250 toujours dans le but de préparer le Jura , nous étions 14 cyclos sous la conduite de Claude.

Photos : Philippe HAMEL

Découverte du Vaucluse, mars 2018

Fin Mars, cap sur l’Isle sur la Sorgue. Lumineuse idée ou génial coup de chance, nous quittons notre gironde bien humide pour bénéficier d’une semaine fort agréable, sans pluie, sans cohue de touristes, avec de vraies températures printanières, 17 à 18 degrés, on en demandait pas plus !

Mes itinéraires vélo m’emmènent naturellement vers les sites des brevets,  Pernes les Fontaines, Gordes et Roussillon dans un premier  temps. Je découvre   au cours de cette sortie des villes au riche caractère pleines de charme, où subsiste une architecture  ancienne  avec des portes de pierre  et des ruelles sinueuses, d’innombrables fontaines, le tout issu de la conception initiale de ces villes, sous forme d’enceinte protectrice.  Nous sommes dans le Comtat Venaissin !

Plus pragmatiquement, en cette fin  mars, nous pouvons déguster  avec délectation les premières fraises locales, juteuses et parfumées,  car les fruits abondent dans cette superbe région. D’ailleurs,  mes circuits me font emprunter des routes bordées d’arbres fruitiers en fleurs à perte de vue, ainsi que des oliviers et des champs de lavandes,  soigneusement alignées et taillées en mottes régulières offrant des couleurs gris- brun , sur de grandes  étendues en pans inclinés selon la topographie.

La route choisie se révèle pentue pour rallier Gordes, le dénivelé +de 1434m pour 84km parcourus. J’arpente la montagne du Lubéron ! Le terrain est sec , la route sinueuse et longée de murets de pierres calcaires  plates, l’ensemble offre un riche panel de couleurs de la craie de la pierre au brun des feuilles des jeunes chênes qui  poussent sur les plateaux.  Plaisir des yeux, plaisir des sens avec toutes les riches effluves de la végétation environnante, que j’ai tout loisir de respirer.

Le lendemain, direction Vaison-la-Romaine, puis Brantes, petit village très haut perché (dénivelé + 1038m pour 52 km) aux ruelles empierrées, puis Montbrun le Bains qui se trouve dans la Drôme toute proche. Parcours splendide malgré un vent soutenu qui me permet d’admirer le mont Ventoux enneigé sous plusieurs angles.  Pour info, l’accès au Mont Ventoux est fermé jusqu’au 15 mai ! Mon parcours me conduit à Sault avec une vue panoramique sur le plateau d’Albion.

Une autre sortie toujours par temps clair et doux, m’emmènera ensuite  au  Colorado Provençal à Rustrel  par Bonnieux et Apt. Là aussi, route montagneuse, jolis  surplombs, un col, paysages vallonnés empreints de couleurs printanières, rose, blanc,  vert, brun, craie. A Rustrel, il existe un parcours pédestre aménagé au travers des anciennes carrières d’ocre, à ne pas manquer. On peut y admirer les nuances  nombreuses et chatoyantes  de l’ocre parmi des bois de pins ainsi que des pans de falaise découpés, d’une exceptionnelle beauté.

Le Vaucluse regorge de richesses, pour la randonnée pédestre également avec le canal de Carpentras  et son aqueduc qui passe au dessus de Fontaine de Vaucluse ! Nombreuses possibilités de randonnées par des sentiers très bien  balisés, à pied ou en VTT. L’eau est également omniprésente, la Sorgue notamment et ses moulins à eau dont celui de Fontaine de Vaucluse, magnifique.  Nous avons aussi découvert au détour d’une randonnée,  le musée très instructif des santons à Fontaine de Vaucluse et sa propriétaire charmante.

Cette découverte de la  partie nord- est de la Provence,  m’aura vraiment séduite par la variété et la multitude de points d’intérêt dont elle dispose. Le fait de la découvrir en cette saison présente l’énorme avantage d’éviter l’afflux de touristes, dans les villes  et sur les routes  qui, petit bémol, ne sont pas vraiment en bon état !

Brigitte

SORTIE SASSETOT-LE-MAUCONDUIT

Une bonne préparation pour le Jura de 120 Km avec un dénivelé de 1150 mètres avec les principales difficultés, la côte de Vaucotte, la côte de la Vierge à Fécamp, la côte de la route de Criqueboeuf et la côte d’Ecretteville.

BREVET DES 100 KM

Voici les photos de notre Brevet Fédéral 100Km conduit par Ludovic où 18 cyclos étaient présents avec la participation des clubs de CANY BARVILLE et l'ASPTT du Havre.

Photos : Philippe HAMEL

BREVET DU CLUB 2018

Photos de notre brevet CODEP de L' ACTM 75 Km sous le soleil, 23 cyclos du club étaient présents ainsi que deux cyclos de Sainte-Adresse et deux indépendants. 

Photos : Philippe HAMEL

Réunion du 6 avril 2018

Réunion habituelle des premiers vendredis de chaque mois avec à l'ordre du jour

l'organisation des prochaines sorties et la bienvenue à notre doyen Armand.

Sortie Marais Vernier

Dimanche 25 mars 2018, brevet printanier pour 14 cyclistes de l'ACTM.

Jeudi 5 avril, nous étions 12 cyclos avec un parcours de 110 km et quelques averses de pluie dans la matinée.

Sortie Goderville

Photo : Philippe HAMEL

Sortie Caudebec en Caux

Le 14 mars 2018

Photos : Philippe HAMEL

RETOUR EN IMAGES SUR NOTRE VIDE GRENIERS 2018

Sortie d'hiver dimanche 18 février 2018

Galette des rois 2018

DECEMBRE 2017 _ PETIT DEJEUNER AUX HUITRES

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE 2017 - L' HEURE DU BILAN

Dimanche 26 novembre 2017

Retour en images, les adhérents du club avaient rendez-vous avec leurs responsables et les élus de la commune à la salle Henri Matisse de Montivilliers pour leur assemblée générale ordinaire.  Un bilan très positif et des remises de distinctions.

Fééries de Chine, Gaillac-Tarn

Par hasard, j’ai entendu un reportage radio relatif au festival des lanternes (non, ce n’est pas une émission politique) mais un spectacle époustouflant qui présente des lanternes de soie monumentales qui s’illuminent à la nuit tombée.

La ville chinoise de Zigong est à l’origine de ce festival, la fête des lanternes célèbre la première pleine lune de l’année. Gaillac est jumelée avec Zigong, et  au sein du parc Foucaud de Gaillac sont présentées cette année à la nuit tombante,  ces illuminations d’une beauté tout à fait exceptionnelle et inédite.

36 tableaux thématiques et environ 500 figures (créatures animales ou végétales et même minérales) se révèlent au cours de la visite : astronomie chinoise, pagode, animaux,  dragon de 100 mètres en céramique, insectes géants, fleurs mais aussi de somptueuses réalisations en lien avec le vignoble de Gaillac.

Notre visite s’est déroulée le premier soir de cette exposition. La nuit est tombée, il fait un froid sec et vivifiant, le parc est tellement vaste que les visiteurs paraissent peu nombreux, nous laissant à loisir profiter avec émerveillement des réalisations multicolores et saisissantes de réalisme. Chaque tableau constitue une œuvre que nous prenons le temps d’admirer  avec bonheur et gourmandise, pour mieux nous imprégner  de cette magie de lumières et de poésie, et l’emmener avec nous au sortir du parc…

Après cette jolie parenthèse, je décide de pédaler dans la région alentour, le quercy. Le lendemain matin, me voilà donc partie au départ de Najac, passage par Caylus, puis Saint Antonin Noble Val et enfin Montpezat de Quercy.  Il fait 2°, un léger voile blanc recouvre les bas côtés et les sous bois, tel du sucre glace. J’ai le bonheur d’observer quelques instants un renard qui déambule tranquillement devant moi, il n’entend pas mon vélo. Un peu plus loin, c’est une biche qui gambade gaiement à ma rencontre, pas effrayée, la bestiole !

Je n’ai pas froid car ce parcours est  vallonné, 1100m de dénivelé sur une soixantaine de km et je suis contente de découvrir de petites cités médiévales  authentiques  auxquelles l’hiver  et le froid confèrent  un charme et une atmosphère mystérieuse et énigmatique   à souhait.

Le surlendemain, après une étape à Lauzerte, je m’élance cette fois vers Moissac et Auvillar. A Lauzerte,  subsiste une boulangerie « à l’ancienne », très épurée avec des étals en bois et juste quelques pains et où l’on vous vend aussi des noix du coin, génial !

Il Fait -3°, le parcours est champêtre et brumeux. Cette fois, j’ai froid aux doigts, juste la phalange terminale, vous savez quand on essaie tant bien que mal de mettre ses mains dans une autre position sur le guidon, mais que le froid les engourdit quand même, sensation bien désagréable et fort douloureuse quand vous retirez vos gants et que votre sang se remet à irriguer vos doigts ! 

Décor complètement différent en arrivant sur Auvillar, entre le Tarn et la Garonne, plantations de bouleaux  et grandes fermes de brique rouge, non loin de la centrale de Golfech.  Des images et des paysages plein la tête,  nous rentrons en gironde.

Brigitte

Ma (presque) étape du tour 2017

Cette année, la cyclo sportive « l'étape du tour » avait pour cadre les Alpes du Sud du côté de  Briançon, étape que les pros du 

Tour de France allaient emprunter quatre jours plus tard. Le parcours nous emmenait de Briançon au col de l'Izoard en passant par Embrun , le lac de

Serre - Ponçon, le col de Vars, Guillestre, la vallée du Guil et pour finir l'ascension du col d'Izoard soit 3800 m de dénivelé positif et 182 km.

 

Je me retrouve donc le 16 juillet au départ de l'étape du tour à 08h15  bien calé dans le sas 10 (15 sas de départ d'environ 1000 coureurs), sans prétention et avec l'unique ambition de finir le parcours. Avec mes 3000 km de préparation ainsi qu'un stage de 4 jours dans le Cantal avec les gars du club et notre gourou Hervé, je pense être armé pour affronter les 182 km du parcours. Je m' élance vers Embrun sur une route très large qui permet de rouler dès le départ à une bonne allure. Le parcours est très vallonné et c'est une succession de faux plat, côtes et descentes pour atteindre le lac de Serre -Ponçon et poursuivre sur la côte des demoiselles coiffées. Je me sens bien, trop peut-être, car j'affiche au 80 ème km une moyenne de 29 km/h.

Mon objectif est de passer le col de Vars (2108 m) sans laisser trop d'énergie et d'attaquer le col d'Izoard dans les meilleures conditions.

Le col de Vars, c'est 14 km de montée à 6% de moyenne avec des passages à 10%. Je vais mettre une heure à le monter mais au sommet, je sens que j'ai pioché dans mes réserves. S' ensuit une longue descente vers Guillestre où un ravitaillement m' aide à bien me ressourcer.

Pour atteindre l'embranchement qui monte au col d' Izoard (2360 m , moyenne 7% passage à 10,50%) , j'empreinte la vallée du Guil toute en faux plat montant à 4/5 %,  très usant et sous une chaleur qui devient gênante.

Arrivé à 7 km de l'arrivée, au village de la Chalp, plus de jambes, des nausées et une fatigue générale me clouent pendant une heure au ravitaillement !

Au bout d'une heure, je décide de remonter sur mon vélo en me disant qu'il ne reste que 7 km et qu'avec beaucoup d'abnégation, l'arrivée au sommet sera peut-être possible. Malheureusement, après le passage de la case déserte, la barrière horaire est franchie et c'est à seulement deux kilomètres que j'abandonne. Je suis naturellement déçu mais aussi content d'avoir vécu cette expérience dans de fabuleux décors. Les vacances se poursuivent tout en récupération, cependant la montée du col de Turini (1604 m 5,30 de moyenne passage à 9,3%) par Sospel ainsi que quelques sorties du côté du Var Dracénois me réconcilieront avec mon vélo !

 

Vive le sport !

TOUJOURS LES VACANCES AVEC SIMON VITIELLO

MES VACANCES 2105 KM

 

Cette année, la semaine fédérale internationale de cyclotourisme fut organisée à Mortagne-au-Perche dans le Département de l’Orne. Une édition très bien organisée et qui laissera de bons souvenirs à l’ensemble des participants. De jolis parcours, beaucoup de dénivelés et peu de plat. Dans l’ensemble de cette semaine, un soleil timide, mais pas de pluie .

 

Une fois cette semaine fédérale terminée, je partis pour le bas de la France. Je m’installai à Auch dans le Gers. Un département sympathique et quelques jolis sites. Quelques côtes bien pentues. Petit passage par les Landes, ce qui me permit de retrouver un peu de plat.

 

Ensuite, me voici à l’assaut des Pyrénées, c’est parti pour des bonnes grimpettes. Le col de Superbagnères, à 1831 mètres d’altitude. Démarrage et final du col plutôt raide. Le lac d’Orédon se situe à 1849 mètres d’altitude. Les lacs en montagne sont toujours bien sympas à voir. Le col du Tourmalet qui attire de nombreux cyclos se situe à 2115 mètres d’altitude. Je monte par le versant de Luz-St-Sauveur, 19 km d’ascension en 2h15. Dans l’ensemble, je l’ai monté à une vitesse de 7 km/h. C’est un col mythique du tour de France, raison pour laquelle, on y voit bon nombre de vélos. Trois jours plus tard, je monte le col d’Aubisque, 1709 mètres d’altitude, qui m’a semblé bien plus joli que le Tourmalet. Le passage entre le col du Soulor et le col d’Aubisque, une superbe route avec d’un coté, le flanc de la montagne et de l’autre le précipice. Passage par 2 tunnels plutôt sombres. Autres points intéressants, Gavarnie où l’on peut se promener dans le cirque de Gavarnie et Pont d’Espagne. Pour monter à Pont d’Espagne, il y a un magnifique torrent et quelques points de cascades qui accompagnent la route. Et durant ce séjour, j’ai eu droit à un petit spectacle de la patrouille de France. Il est clair que nous passons du temps pour monter tous ces cols, alors, une fois en haut, on peut profiter du panorama. Ensuite, les descentes, c’est toujours un plaisir et la récompense suite aux efforts de la montée. Ce furent de bonnes vacances avec de belles ballades cyclo touristiques où durant trois semaines, j’aurais effectué 2105 km. Dans 11 mois, cap sur de nouvelles vacances.     

 

Ludovic GRUCHY

DECIDEMENT... LES MONTAGNARDS SONT LA !

Les Peintures – Bonny sur loire

Voyage itinérant  en individuelle (allez, un peu de féminisme assumé)

Lundi 21 Août, en route pour le loiret, avec en objectif une petite visite familale . Je pars seule, avec mon vélo dûment chaussé de pneus neufs spécialement acquis à la semaine fédérale de Mortagne au perche 10 jours plus tôt,  vélo que j’ai pris soin de briquer et de graisser avant mon départ, afin de minimiser  les risques . Mes étapes sont prêtes, mes cartes aussi,  mes hébergements sont prévus, la météo semble plutôt favorable cette semaine. Mon sac à dos en place, Et me voilà partie !!

En  premier lieu, la dordogne, avec les eyzies de tayac et Hautefort le premier jour.  Superbes paysages, effluves des fraises  au passage (c’est le moment de la cueillette), je croise un marcassin égaré sur le bitume (ouf, ce n’est pas un chien !) et le château de Hautefort m’apparait à la fin de ma journée comme une  véritable vision  de conte de fée.

Deuxième jour, la route de la noix, puis la route de la pomme limousine, m’emmènent à travers la corrèze et ses routes pittoresques mais très inconfortables car non entretenues (la corrèze, on a pas eu un homme politique célèbre élu de cette région ?) et très peu fréquentées, en fait pas du tout fréquentées d’ailleurs.  J’ai le bonheur ou le malheur selon les fantaisies du relief de passer par Voutezac, Treignac et Meymac, mon étape du jour. Je termine cette fatiguante journée avec  plus de 2300 m de dénivelé et 35 km sous la pluie battante , il y a des jours ou çà ne veut pas…

Troisième jour, plus paisible( après la corrèze, tout est paisible), en route vers Aubusson. Mon étape sera plus courte, ce qui me laisse du temps pour visiter Aubusson, et son charme médiéval, en passant par Saint Georges Nigremont , et sa vue imprenable.

Quatrième jour  jusqu’à saint Amand Montrond en visitant Toulx Sainte Croix, qu’il faut quand même aller chercher bien haut ! et Culan. Routes confortables et vallonnées, me voici dans le berry.

Cinquième jour,  Meillant et Sancerre.  Je retrouve un peu de relief en m’approchant de Sancerre, je retrouve aussi la pluie, ou plutôt c’est elle qui me rattrape, pas de chance ! J’arrive à Bonny sur loire en début d’après midi. Bon, j’avoue, je n’ai pas pédalé  les quinze derniers kms, Adrien, mon beau fils est venu à ma rencontre vu la météo catastrophique. Au total, mon périple m’aura fait pédaler pendant 578 kms et plus de 6500 m de dénivelé.

Alors, oui, il y aura toujours des cyclos qui auront fait plus que moi, plus haut , plus vite.. Mais, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de mon voyage, mes souvenirs, mes rencontres. Je trouve cette expérience vraiment sensationnelle de par ce qu’elle m’aura apporté, la fierté toute personnelle de l’accomplissement du projet, l’autonomie, la performance physique même modeste, mais indéniable . Je souhaite sincèrement à chaque cyclo d’éprouver le même bonheur  que moi au travers d’une telle aventure. Bonne route…

Brigitte

Un séjour dans les monts et volcans du Cantal

 Comme chaque année, l'A.C.T. de Montivilliers a organisé sa grande sortie annuelle au mois de juin. Au départ, un groupe de 14 cyclistes se sont donné rendez-vous à Epouville le dimanche 11 juin au petit matin sous  un soleil radieux pour se rendre 700 km plus loin en fin d’après-midi à Sainte Eulalie dans le Cantal. Trois cyclistes du club de Dreux (des copains d’Hervé) attendaient les montivillons à leur arrivée. Nous découvrons notre gîte, le Cros, une superbe bâtisse qui surplombe la vallée. Et bien oui, c’est une habitude à l'ACTM ! Pour accéder au gîte, ça monte de plus belle. Concernant les parcours, notre GPS Hervé avait bien fait les choses. Chaque jour un grand parcours et une ou deux variantes moins longues afin que les cyclistes puissent choisir, en fonction de leur forme, le kilométrage. Nous avons parcouru chaque jour entre 80 km et 120 km, effectué des dénivelés de 1500 m à 2500 m. Nous avons pointé plusieurs fois nos cartes de B.C.N à Bort les Orgues et au charmant village de Salers (ce village est classé parmi les plus beaux villages de France).

Dès les 1éres étapes, nous nous sommes rendu compte que les parcours allaient être très exigeants, accompagnés de forte chaleur. Le plaisir de pédaler à la rencontre de la nature nous offrait de magnifiques paysages avec toutes leurs forêts et montagnes, c’était super et quelque part cela nous boostait. Nous n’avons pas compté les montées mais elles étaient nombreuses et à répétitions ! Le col de Néronne pas trop pentu et qui longe la vallée, que du bonheur, et ce Pas de Peyrol tant attendu, une montée de 6 km à 6 -7 % et ensuite ça  grimpe sur 3 km  à 12 /12,5 %. Je crois qu’il va laisser des souvenirs tant par sa difficulté que par la beauté du paysage avec le Puy-Mary qui le domine. Un petit conseil aux amis cyclistes de l' A.C.T.M : si vous faites une sortie avec des cyclistes d'Octeville-sur-Mer, ne les lâchez pas des yeux car ils ont une fâcheuse tendance à  disparaître du groupe. Cela nous est arrivé de les perdre une bonne heure et en général nous les retrouvions à la terrasse d’un bistrot  (comme à Jussac et Bonneville la Louvet).

 

Ce ne fut pas un séjour de tout repos bien entendu mais fort agréable avec comme toujours de la bonne humeur et de la convivialité. Nous avons aussi fêté l'anniversaire mémorable de David et comment ne pas repartir sans le fromage du Cantal que nous avons acheté dans une ferme du coin. Un petit mot sur les amis cyclos de Dreux : le vélo, ils l’ont dans la peau. Et que dire de l’accueil et le service au gîte, c’était top !

 

Et pour 2018 ?

Le président, Philippe.

photo du groupe
DSC00952.JPG
Image JPG 5.1 MB

Concentration Nationale de cyclotourisme FFCT THOUARS, pentecôte 2017

Didier, Sergio et moi-même avons choisi de participer à cette manifestation, nous nous sommes donc donnés  rendez- vous  au camping de Thouars dans un premier temps,  camping niché dans un puits de verdure en bordure du Thouet. Après une première nuit accompagnés en bruit de fond du croassement intermittent mais tonique des grenouilles autochtones, nous sommes partis du camping vers 08h30 pour gagner les hauteurs et l’orangerie de Thouars, point de ralliement où nous a rejoint notre complice didier.

Ce premier jour, un joli parcours bucolique de 116 kms à l’est , fleurant bon le tilleul en fleurs, nous emmène à travers champs de blé, de tournesols, de colza, le tout agrémenté de quelques très belles réalisations de patrimoine que nous ne manquons pas d’apprécier au passage. Ainsi , Loudun, Moncontour, Saint Jouin de Marnes, Oiron…

Petite averse en fin de parcours à laquelle nous avions pourtant bien cru pouvoir échapper, Sergio a pris un raccourci pour ne pas être trempé, bien vu !

Dimanche, même programme, une belle pente à pic et à pied à travers un splendide jardin paysager au dessus du camping pour rejoindre l’orangerie. Cette fois, le parcours explore le sud de Thouars, les vallées du Thouet et du Thouaret. A mi- parcours, le casse- croute organisé par les cyclos de Thouars nous donne l’occasion de nous attarder sur le remarquable vieux pont de Saint Généroux du XIII siècle ! Un petit mot sur les organisateurs des ravito, toujours un mot gentil, super disponibles, réactifs, généreux, sachant transformer cette pause en un sympathique moment d’échanges et de convivialité.

 Nous profitons du reste de l’après- midi une fois rentrés et après une pause salvatrice pour visiter à pied la vieille ville de Thouars, édifiée sur un promontoire rocheux cerné par la rivière du Thouet.

A l’occasion, nous ne dédaignons pas de goûter  les cerises disponibles en quantité à cette période de l’année tout en commentant le panorama offert au détour des ruelles qui sillonnent le promontoire et en découvrant les maisons anciennes.

Le reste du team (Jojo, philippe  et Rachel) est parti en exploration culturelle à Oiron et saint Jouin de Marnes. Le château d’Oiron avec sa plateforme de création contemporaine ne laissera personne indifférent.

Lundi, c’est le Nord Ouest  qu’il nous est proposé de découvrir à vélo, le layon (côteaux du layon pour les connaisseurs ?) et l’argentonnais. Nous longeons d’abord un moulin à eau en activité avant un parcours champêtre ponctué de rivières ou cascades, le tout avec une météo clémente. Nous nous retrouvons tous pour partager un dernier déjeuner champêtre au camping dans la bonne humeur et la détente.

 Bien sympathique séjour qui nous a tous plu, très bonne ambiance et organisation hors pair grâce au concours de tout un chacun.

 

Voyage dans le Maine

Un petit voyage parcouru en 6 étapes pour un total de 956 km, soit une moyenne de 159 km par jour. Je pris le départ le lundi 1er mai pour un retour chez moi le samedi 6 mai. Mes distances durant mes 6 étapes sont de : 162 km, 150 km, 144 km, 172 km, 160 km et 168 km. Chaque journée parcourue fut un petit 21km/h de moyenne sauf la première journée à 17,5 km/h de moyenne en raison d’un vent fort sans pouvoir dépasser les 15 km/h. La première étape sous une météo à ne pas sortir un vélo, pluie le matin et vent de 50/60 km/h durant toute la journée, le vent était tel qu’il m’obligeat à monter le Pont de Normandie à pied. Du mardi au vendredi la météo fut correcte avec quelques petites averses et un vent bien plus calme. J’ai quitté la Normandie par Bagnoles-de-l’Orne, un petit passage en Ile-et-Vilaine par Fougères via Vitré. Après cela, j’ai traversé la Mayenne et la Sarthe avec beaucoup de dénivelés et une succession de petites montées, mais jamais de grosses difficultés. Par contre, je fus surpris par le terrain plat dans la Mayenne. Une fois sorti de la Sarthe, passage par le Loir-et-Cher jusqu’à Vendôme. Petit retour par la Sarthe pour rejoindre la Normandie par le département de l’Orne. Je passe ma dernière nuit à Mortagne-au-Perche, lieu de la prochaine semaine fédérale internationale de cyclotourisme. Le samedi, dernier jour de mon périple, je fis l’étape en étant mouillé du premier au dernier kilomètre, jamais de grosses averses mais une petite pluie fine permanente. Dans l’ensemble le voyage s’est à peu près bien passé mise à part la météo du 1er et du dernier jour. Je n’eus aucun problème physique, n’ayant jamais forcé sur mes jambes, le but était de finir le parcours tout en roulant durant 6 jours consécutifs. Côté mécanique, je n’eus aucun problème et aucune crevaison. Ce voyage en solitaire restera un bon souvenir.

 Ludovic GRUCHY, Trésorier.

SORTIE SASSETOT LE MAUCONDUIT 110 km

Jeudi 4 mai 2017

SORTIE DU MARAIS VERNIER

SORTIE BEUVRON EN AUGE

Jeudi 13 avril 2017

L'ami Sergio a décidé de se joindre à nous avec sa bande pour notre grande sortie du jeudi. Il faut dire qu le programme est alléchant puisque nous randonnerons l'autre coté de l'eau avec pointage du BPF Beuvron en Auge et Blangy le chanteau. Nous sommes 17 et par petits groupes nous escaladons le pont de Normandie il fait frais c'est bien dommage pour nos 3 travailleurs David  Thierry et Simon qui ont pu se joindre à nous en posant un RTT. La circulation n'est pas trop importante et c'est à une allure modérée entrecoupée de quelques arrêts que nous rejoignons Dives sur Mer après avoir longé la côte c'est toujours superbe ce parcours. C'est le moment de scinder le groupe en deux et l'affaire se complique car mon GPS n'est pas opérationnel,heureusement Sergio à pris soins de prendre la Michelin du coin.Sergio propose une belle bosse à ces 4 compagnons alors que nous tournons à droite pour rejoindre Beuvron en Auge. Village typique parcouru déjà par de nombreux touristes , le café PMU est fermé aussi il nous faudra manger notre casse croute sur les bancs de la petite place car la crêperie n'a pas souhaité nous accueillir. Nous repartons pour la seconde partie du parcours avec passage à Blangy, Beuzeville et quelques belles côtes nous attendent. La beauté et le changement de paysage nous aident à avaler les difficultés et nous réchauffent aussi car le soleil  tarde à pointer ses rayons. Vers 16h nous retrouvons Sergio qui sur un circuit de 102 km a fait un grand prix de la montage au grand bonheur des participants, pour nous ce sera 126 km. De l'avis de tous , à refaire plus souvent même et vite à jeudi prochain.

Hervé

VIDE GRENIERS 2017

Dimanche 19 mars a eu lieu notre vide greniers, beaucoup de monde comme on peut le constater par les images mais aussi une folle ambiance de la part  des exposants et de nos organisateurs.

Merci aux organisateurs pour cette bien agréable prestation et rendez-vous l'année prochaine.

Belle sortie de Caudebec

Un message télégramme

 

Avons passé une bonne journée.

16 partants sous un beau soleil. 

A noter 2 crevaisons.

Restauration à St Arnoult orchestrée par Didier. 

Bières offertes par JC. Renard.

Retour tranquille au bercail.

Hélène et les garçons

11 mars 2017

Première grande sortie de la saison 2017. (100 km)

Montivilliers - Fécamp avec un temps maussade, mais pas de pluie.

Nous féliciterons Hélène notre rayon de soleil de la journée qui nous a accompagné pour cette sortie.

Didier.

Galette des rois dimanche 22  janvier 2017

logo actm.jpg
Image JPG 115.2 KB