ARMAND  PROUTEAU

Armand le charmant vient d’endeuiller  le monde du cyclisme avec un S… de sourire, un S... de grand sportif. A 82 ans, pour le plaisir du sport et pour partager avec des copains la  même passion du vélo, tu as été accueilli à bras ouvert par l’A.C.T.M en 2017/2018. Tes copains des autres clubs ont eu bien plus de chance que nous de t’avoir connu plus longtemps.

Tu es parti discrètement en laissant  les copains sur le bas côté de la route. Armand le charmant nous a quittés pour une autre balade en vélo parmi les étoiles de la voie lactée. D’en bas nous te souhaitons bonne route et de temps en temps regarde derrière toi car un jour ou l’autre l’équipe s’agrandira de petits S de… Sympathie pour continuer la longue route avec toi et faire ensemble la plus belle des courses «La piste aux étoiles  filantes».

Jeudi 5 juillet - Sortie Montfort sur Risle

Voici les photos de la sortie Montfort sur Risle sortie de 132 km avec faible dénivelé et quelques secteurs ombragés. 

Photos : Philippe HAMEL

Jeudi 14 juin

L'astre solaire tant attendu est au rendez-vous de cette dernière étape jurassienne direction Nans sous Sainte Anne, Salines, Arc en Senans et Arbois. Matinée en plaine du Jura puis après-midi dans le cirque d'Arbois et ces magnifiques paysages. 145 km pour cette fin de séjour et de bons souvenirs

Mercredi 13 juin

Temps peu engageant au départ ce matin, 11 partants qui iront défier la météo jusqu'à Mouthe puis trouver enfin du sec. 50 nuances de gris toute la journée avec malgré tout de jolis paysages, une belle table et tablée à 17 puis retour au bercail par les gorges de la Langouette.

Mardi 12 juin

Seconde étape jurassienne emmenée par notre excellent Hervé : au programme la montée de Prémanon sur 7 km à 6% puis un groupe traverse la montagne par la route forestière tandis que l'autre pousse vers la suisse. Retour par Mouthe dans un flot continu de voitures hostiles aux vélos le tout en ayant presque évité les averses !.

Lundi 11 juin

Première étape jurassienne avec une matinée de hauts plateaux sous une pluie battante puis un après-midi de bonheur ensoleillé autour de Baume les messieurs avant un final sous les trombes orageuses.

Dimanche 10 juin

La photo du jour après 35km de mise en forme. Demain commence le périple.

Samedi 9 juin 2018 - Destination le Jura pour une semaine de vélo.

De gauche à droite rangée du haut : Edmond, Philippe, Alain, Didier, Pascal, Benoît, Gilbert, Philippe, David, Jean-Pierre, Simon.

De gauche à droite rangée du bas : Daniel, Hervé, Maurice, Claude, Jean-Marie, Jean-Claude.

Cuba, le vélo au quotidien,

Tout d’abord, je me dois  de souligner l’extrême sympathie des cubains,  courageux, accueillants, tranquilles, bienveillants qui adorent la musique et la danse.

Lors de notre arrivée à cuba, j’ai tout de suite remarqué  l’omniprésence des  vélos (et des chevaux aussi, mais ce n’est pas l’objet de cet article).

Il s’agit pour les cubains d’un moyen de transport à part entière, bon marché, non polluant, performant, mais aussi d’un allié précieux pour leur travail. C’est notamment le cas des vendeurs ambulants (vendeurs de viennoiseries, de fleurs), j’ai  également pu observer des vélos avec remorques de toutes tailles et de toutes  conceptions, qui servent à transporter selon les besoins, des personnes, de l’eau, des gravats, des matériaux de construction même !

 Nous avons croisé des ouvriers peintres qui avaient des vélos avec tout leur matériel dessus !

Le guide qui nous a fait découvrir Cuba nous a confié ne pas avoir de voiture personnelle mais utiliser  exclusivement  un vélo et les transports en commun, au prix de temps de trajet quelquefois très longs.  On croise  des vélos autant  à la ville qu’à la campagne,  partout dans le pays, de tous modèles, du plus basique au plus moderne, aménagés et entretenus avec énormément d’ingéniosité (siège en bois pour les enfants, remorques faites maison, matériaux divers pour préserver la longévité), même des modèles assez sophistiqués avec des batteries et/ou  des freins à disque.

Le vélo fait partie de la vie quotidienne des cubains, il ne s’agit pas d’un article sportif.  Je me suis amusée à en emprunter un, de modèle rustique, au hasard d’une visite, dans les rues de Trinidad.  Pour entretenir et réparer tout ce matériel conséquent et quelquefois complexe, pas de magasin au sens ou nous les connaissons en Europe, mais de petites échoppes ou des stands sur les marchés qui regorgent de toutes les pièces et accessoires vélo nécessaires à une réparation . 

Découvrez donc avec  curiosité et bienveillance ces quelques photos de vélos toutes prises à Cuba.

Bonne découverte.

Brigitte, 22 juin 2018

JEUDI 17 MAI

Sortie en Pays d'Auge

Départ du pont de Normandie pour 120 km pour le 1er groupe emmené par Philippe et 80 km pour le 2ème groupe avec Serge. 

Photos : Philippe HAMEL

SAMEDI 26 MAI 2018

CANY 130 Km avec un dénivelé de 1250 toujours dans le but de préparer le Jura , nous étions 14 cyclos sous la conduite de Claude.

Photos : Philippe HAMEL

Découverte du Vaucluse, mars 2018

Fin Mars, cap sur l’Isle sur la Sorgue. Lumineuse idée ou génial coup de chance, nous quittons notre gironde bien humide pour bénéficier d’une semaine fort agréable, sans pluie, sans cohue de touristes, avec de vraies températures printanières, 17 à 18 degrés, on en demandait pas plus !

Mes itinéraires vélo m’emmènent naturellement vers les sites des brevets,  Pernes les Fontaines, Gordes et Roussillon dans un premier  temps. Je découvre   au cours de cette sortie des villes au riche caractère pleines de charme, où subsiste une architecture  ancienne  avec des portes de pierre  et des ruelles sinueuses, d’innombrables fontaines, le tout issu de la conception initiale de ces villes, sous forme d’enceinte protectrice.  Nous sommes dans le Comtat Venaissin !

Plus pragmatiquement, en cette fin  mars, nous pouvons déguster  avec délectation les premières fraises locales, juteuses et parfumées,  car les fruits abondent dans cette superbe région. D’ailleurs,  mes circuits me font emprunter des routes bordées d’arbres fruitiers en fleurs à perte de vue, ainsi que des oliviers et des champs de lavandes,  soigneusement alignées et taillées en mottes régulières offrant des couleurs gris- brun , sur de grandes  étendues en pans inclinés selon la topographie.

La route choisie se révèle pentue pour rallier Gordes, le dénivelé +de 1434m pour 84km parcourus. J’arpente la montagne du Lubéron ! Le terrain est sec , la route sinueuse et longée de murets de pierres calcaires  plates, l’ensemble offre un riche panel de couleurs de la craie de la pierre au brun des feuilles des jeunes chênes qui  poussent sur les plateaux.  Plaisir des yeux, plaisir des sens avec toutes les riches effluves de la végétation environnante, que j’ai tout loisir de respirer.

Le lendemain, direction Vaison-la-Romaine, puis Brantes, petit village très haut perché (dénivelé + 1038m pour 52 km) aux ruelles empierrées, puis Montbrun le Bains qui se trouve dans la Drôme toute proche. Parcours splendide malgré un vent soutenu qui me permet d’admirer le mont Ventoux enneigé sous plusieurs angles.  Pour info, l’accès au Mont Ventoux est fermé jusqu’au 15 mai ! Mon parcours me conduit à Sault avec une vue panoramique sur le plateau d’Albion.

Une autre sortie toujours par temps clair et doux, m’emmènera ensuite  au  Colorado Provençal à Rustrel  par Bonnieux et Apt. Là aussi, route montagneuse, jolis  surplombs, un col, paysages vallonnés empreints de couleurs printanières, rose, blanc,  vert, brun, craie. A Rustrel, il existe un parcours pédestre aménagé au travers des anciennes carrières d’ocre, à ne pas manquer. On peut y admirer les nuances  nombreuses et chatoyantes  de l’ocre parmi des bois de pins ainsi que des pans de falaise découpés, d’une exceptionnelle beauté.

Le Vaucluse regorge de richesses, pour la randonnée pédestre également avec le canal de Carpentras  et son aqueduc qui passe au dessus de Fontaine de Vaucluse ! Nombreuses possibilités de randonnées par des sentiers très bien  balisés, à pied ou en VTT. L’eau est également omniprésente, la Sorgue notamment et ses moulins à eau dont celui de Fontaine de Vaucluse, magnifique.  Nous avons aussi découvert au détour d’une randonnée,  le musée très instructif des santons à Fontaine de Vaucluse et sa propriétaire charmante.

Cette découverte de la  partie nord- est de la Provence,  m’aura vraiment séduite par la variété et la multitude de points d’intérêt dont elle dispose. Le fait de la découvrir en cette saison présente l’énorme avantage d’éviter l’afflux de touristes, dans les villes  et sur les routes  qui, petit bémol, ne sont pas vraiment en bon état !

Brigitte

SORTIE SASSETOT-LE-MAUCONDUIT

Une bonne préparation pour le Jura de 120 Km avec un dénivelé de 1150 mètres avec les principales difficultés, la côte de Vaucotte, la côte de la Vierge à Fécamp, la côte de la route de Criqueboeuf et la côte d’Ecretteville.

BREVET DES 100 KM

Voici les photos de notre Brevet Fédéral 100Km conduit par Ludovic où 18 cyclos étaient présents avec la participation des clubs de CANY BARVILLE et l'ASPTT du Havre.

Photos : Philippe HAMEL

BREVET DU CLUB 2018

Photos de notre brevet CODEP de L' ACTM 75 Km sous le soleil, 23 cyclos du club étaient présents ainsi que deux cyclos de Sainte-Adresse et deux indépendants. 

Photos : Philippe HAMEL

Réunion du 6 avril 2018

Réunion habituelle des premiers vendredis de chaque mois avec à l'ordre du jour

l'organisation des prochaines sorties et la bienvenue à notre doyen Armand.

Sortie Marais Vernier

Dimanche 25 mars 2018, brevet printanier pour 14 cyclistes de l'ACTM.

Jeudi 5 avril, nous étions 12 cyclos avec un parcours de 110 km et quelques averses de pluie dans la matinée.

Sortie Goderville

Photo : Philippe HAMEL

Sortie Caudebec en Caux

Le 14 mars 2018

Photos : Philippe HAMEL

RETOUR EN IMAGES SUR NOTRE VIDE GRENIERS 2018

Sortie d'hiver dimanche 18 février 2018

Galette des rois 2018

DECEMBRE 2017 _ PETIT DEJEUNER AUX HUITRES

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE 2017 - L' HEURE DU BILAN

Dimanche 26 novembre 2017

Retour en images, les adhérents du club avaient rendez-vous avec leurs responsables et les élus de la commune à la salle Henri Matisse de Montivilliers pour leur assemblée générale ordinaire.  Un bilan très positif et des remises de distinctions.

Fééries de Chine, Gaillac-Tarn

Par hasard, j’ai entendu un reportage radio relatif au festival des lanternes (non, ce n’est pas une émission politique) mais un spectacle époustouflant qui présente des lanternes de soie monumentales qui s’illuminent à la nuit tombée.

La ville chinoise de Zigong est à l’origine de ce festival, la fête des lanternes célèbre la première pleine lune de l’année. Gaillac est jumelée avec Zigong, et  au sein du parc Foucaud de Gaillac sont présentées cette année à la nuit tombante,  ces illuminations d’une beauté tout à fait exceptionnelle et inédite.

36 tableaux thématiques et environ 500 figures (créatures animales ou végétales et même minérales) se révèlent au cours de la visite : astronomie chinoise, pagode, animaux,  dragon de 100 mètres en céramique, insectes géants, fleurs mais aussi de somptueuses réalisations en lien avec le vignoble de Gaillac.

Notre visite s’est déroulée le premier soir de cette exposition. La nuit est tombée, il fait un froid sec et vivifiant, le parc est tellement vaste que les visiteurs paraissent peu nombreux, nous laissant à loisir profiter avec émerveillement des réalisations multicolores et saisissantes de réalisme. Chaque tableau constitue une œuvre que nous prenons le temps d’admirer  avec bonheur et gourmandise, pour mieux nous imprégner  de cette magie de lumières et de poésie, et l’emmener avec nous au sortir du parc…

Après cette jolie parenthèse, je décide de pédaler dans la région alentour, le quercy. Le lendemain matin, me voilà donc partie au départ de Najac, passage par Caylus, puis Saint Antonin Noble Val et enfin Montpezat de Quercy.  Il fait 2°, un léger voile blanc recouvre les bas côtés et les sous bois, tel du sucre glace. J’ai le bonheur d’observer quelques instants un renard qui déambule tranquillement devant moi, il n’entend pas mon vélo. Un peu plus loin, c’est une biche qui gambade gaiement à ma rencontre, pas effrayée, la bestiole !

Je n’ai pas froid car ce parcours est  vallonné, 1100m de dénivelé sur une soixantaine de km et je suis contente de découvrir de petites cités médiévales  authentiques  auxquelles l’hiver  et le froid confèrent  un charme et une atmosphère mystérieuse et énigmatique   à souhait.

Le surlendemain, après une étape à Lauzerte, je m’élance cette fois vers Moissac et Auvillar. A Lauzerte,  subsiste une boulangerie « à l’ancienne », très épurée avec des étals en bois et juste quelques pains et où l’on vous vend aussi des noix du coin, génial !

Il Fait -3°, le parcours est champêtre et brumeux. Cette fois, j’ai froid aux doigts, juste la phalange terminale, vous savez quand on essaie tant bien que mal de mettre ses mains dans une autre position sur le guidon, mais que le froid les engourdit quand même, sensation bien désagréable et fort douloureuse quand vous retirez vos gants et que votre sang se remet à irriguer vos doigts ! 

Décor complètement différent en arrivant sur Auvillar, entre le Tarn et la Garonne, plantations de bouleaux  et grandes fermes de brique rouge, non loin de la centrale de Golfech.  Des images et des paysages plein la tête,  nous rentrons en gironde.

Brigitte

Ma (presque) étape du tour 2017

Cette année, la cyclo sportive « l'étape du tour » avait pour cadre les Alpes du Sud du côté de  Briançon, étape que les pros du 

Tour de France allaient emprunter quatre jours plus tard. Le parcours nous emmenait de Briançon au col de l'Izoard en passant par Embrun , le lac de

Serre - Ponçon, le col de Vars, Guillestre, la vallée du Guil et pour finir l'ascension du col d'Izoard soit 3800 m de dénivelé positif et 182 km.

 

Je me retrouve donc le 16 juillet au départ de l'étape du tour à 08h15  bien calé dans le sas 10 (15 sas de départ d'environ 1000 coureurs), sans prétention et avec l'unique ambition de finir le parcours. Avec mes 3000 km de préparation ainsi qu'un stage de 4 jours dans le Cantal avec les gars du club et notre gourou Hervé, je pense être armé pour affronter les 182 km du parcours. Je m' élance vers Embrun sur une route très large qui permet de rouler dès le départ à une bonne allure. Le parcours est très vallonné et c'est une succession de faux plat, côtes et descentes pour atteindre le lac de Serre -Ponçon et poursuivre sur la côte des demoiselles coiffées. Je me sens bien, trop peut-être, car j'affiche au 80 ème km une moyenne de 29 km/h.

Mon objectif est de passer le col de Vars (2108 m) sans laisser trop d'énergie et d'attaquer le col d'Izoard dans les meilleures conditions.

Le col de Vars, c'est 14 km de montée à 6% de moyenne avec des passages à 10%. Je vais mettre une heure à le monter mais au sommet, je sens que j'ai pioché dans mes réserves. S' ensuit une longue descente vers Guillestre où un ravitaillement m' aide à bien me ressourcer.

Pour atteindre l'embranchement qui monte au col d' Izoard (2360 m , moyenne 7% passage à 10,50%) , j'empreinte la vallée du Guil toute en faux plat montant à 4/5 %,  très usant et sous une chaleur qui devient gênante.

Arrivé à 7 km de l'arrivée, au village de la Chalp, plus de jambes, des nausées et une fatigue générale me clouent pendant une heure au ravitaillement !

Au bout d'une heure, je décide de remonter sur mon vélo en me disant qu'il ne reste que 7 km et qu'avec beaucoup d'abnégation, l'arrivée au sommet sera peut-être possible. Malheureusement, après le passage de la case déserte, la barrière horaire est franchie et c'est à seulement deux kilomètres que j'abandonne. Je suis naturellement déçu mais aussi content d'avoir vécu cette expérience dans de fabuleux décors. Les vacances se poursuivent tout en récupération, cependant la montée du col de Turini (1604 m 5,30 de moyenne passage à 9,3%) par Sospel ainsi que quelques sorties du côté du Var Dracénois me réconcilieront avec mon vélo !

 

Vive le sport !

logo actm.jpg
Image JPG 115.2 KB